Get Adobe Flash player

Le-Pajero.com

Arret de la compétition pour Mitsubishi

C'est la crise et Mitsubishi Motors, comme d'autre marque Japonaise avant eux, à annoncé ce mercredi 4 février, l'arret officiel et total de la compétition.

Avec 500 milions d'euros de perte prevu pour l'exercice 2008/2009, perte du à l'effondrement de ces ventes dans le monde, Mitsubishi Motors annonce plusieurs mesures dont le retrait de la marque des Rallyes Raid comme le Dakar.

"Nous nous préparons à des conditions économiques extrêmement difficiles pour l'année", a déclaré son président, Osamu Masuko, pour expliquer ce retrait lors d'une conférence de presse à Tokyo.

"A ce jour, je ne peux pas dire que le pire aura été passé à la fin de 2009", a-t-il ajouté.

il a reconnu que cette décision était "extrêmement regrettable", d'autant que Mitsubishi avait jusque-là pu continuer à participer au Dakar, "malgré des temps difficiles, en réduisant les dépenses".

Selon les analystes japonais, Mitsubishi serait le seul constructeur dont la survie n'est pas assurée à court terme.

La recherche d'un partenaire devient urgente pour Mitsubishi, même si la tendance au Japon est également à l'octroi d'aides au secteur afin d'éviter une faillite dont les conséquences pourraient dépasser le strict cadre économique et entamer encore un peu plus le moral d'un pays en récession.

Mitsubishi et le Dakar, c'est une histoire de 26 ans.

Mais ayons une penser pour les 43 salariés de MMS, c'est surtout eux qui pourraient faire les frais de cet arrêt de compétition.

"Mitsu" a marqué l'histoire du célèbre rallye-raid.

Mitubishi n'a jamais manqué une édition en catégorie auto depuis la sortie du Pajero en 1983 et surtout elle a remporté 12 fois l'épreuve, dont sept fois de suite (2001-2007).

Autant dire qu'à Pont-de-Vaux, dans l'Ain, où se trouve la structure course et ses 43 employés, sans compter les équipages, il va falloir imaginer ce que peut être l'avenir sans l'appui d'un constructeur.

Dominique Serieys : "Nous allons analyser toutes les options", "On s'était préparé à une telle annonce", explique le directeur du team.

La crise economique mondiale ne date pas d'hier, et quand au fil des semaines et des mois, on voit que ça ne s'arrange pas, qu'un groupe comme Mitsubishi la subit de plein fouet, on peut imaginer qu'il y aura des conséquences. ", "La structure existe, et en son sein on a la capacité de tout faire."

Son objectif est de faire courir des autos... Mais pas n'importe comment, pas juste pour être là.

Est-ce que ça peut être pour une ou des filiales, pour des annonceurs ?

Nous allons analyser toutes les options. Il y a des possibilités. Il faut voir si ça marche... "

La décision de Mitsubishi ne marque pas forcément un arrêt.

Implicitement, l'ex-copilote de Bruno Saby (entre autres) propose de prendre date.

Dans quelques semaines, quand on commencera à parler du Dakar 2010, on pourrait voir par exemple l'entreprise poursuivre son activité sous la forme de ce qu'on appelle la "compétition-client", un concept pas vraiment nouveau.

"Je n'ai pas peur, mais il faut bien se dire que l'on vit une crise économique sans précédent, dans laquelle le sport automobile ne pèse pas lourd, et qu'il faut se montrer responsable et prudent. "

Plus d'infos:

http://www.leprogres.fr/infosdujour/ain/1069122.html

http://www.leprogres.fr/sports/omnisports/1069165.html

http://www.leprogres.fr/sports/omnisports/1069166.html